BinOcle

L'égalité femmes-hommes et filles-garçons à la loupe

Nouveaux pères ou « aidants » ?

Dans les couples hétéroparentaux, les parents…

  • s‘investissent différemment auprès des enfants
    Les mères sont davantage en charge des activités continues et répétées de soin
    Les pères sont davantage en charge des activités ludiques, extérieures (loisirs) plus ponctuelles
  • s‘investissent inégalement auprès des enfants
    seuls 30% des pères partagent à égalité les devoirs
    seuls 20% des pères partagent à égalité l‘habillage des enfants* L’investissement des pères est fonction des revenus (plus l’homme est le pourvoyeur, moins il réalise le travail à la maison) et du niveau d’étude (les hommes ayant un niveau d’étude supérieur à celui de la mère œuvrent davantage à la réussite scolaire de leurs enfants). Les pères très investis avec un enfant unique se désinvestissent et évoluent vers un modèle familial plus traditionnel si la famille s’agrandit
  • stimulent les filles et les garçons différemment
    plus de stimulations verbales des filles qui expliquent qu’elles apprennent en moyenne plus tôt à parler et à lire
    et plus de stimulations physiques des garçons.
    Aux filles certains parents ont tendance à seulement décrire les choses et aux garçons à les expliquer**…

* Brugeilles, Cnaf, 2013, https://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2013-2-page-24.htm
** expérience de Crowley, sur 300 interactions parents-enfants dans un musée scientifique, 2001

Portrait dans la Gazette santé social – février 2020

Comment parler de violences sexuelles aux enfants ?

  • 80 % des violences sexuelles faites aux moins de 10 ans sont commises par des proches, et 3 fois sur 10 dans la sphère familiale.
  • Comment en parler aux enfants (sans culpabiliser de noircir le monde, ni faire reposer sur elles et eux leur protection…).
  • Les conseils intéressants de Titiou Lecoq : « insister sur la nature des gestes qui est plus importante que la personne qui les fait. Toucher le sexe d’un enfant c’est mal, même si c’est un adulte que tu aimes qui le fait, même si c’est quelqu’un que tes parents apprécient… ».
    Un guide et des conseils de lecture.

Des filles en recherche de conformité, évitant les situations de compétition et ayant une moindre assurance en mixité…

A lire : « Des scolarités sexuées différences d’attitude ou d’aptitudes ? » de l’incontournable Marie Duru-Bellat.

EXTRAIT (p.16) / “Depuis leur petite enfance, les filles sont protégées, appuyées, davantage susceptibles de recevoir de l’aide de leurs parents. Elles se heurtent rarement, à l’instar des garçons, à la perte (temporaire) de l’approbation des adultes, étant à la fois moins punies* sont mais aussi moins encouragées ou complimentées**. Il semble que les filles soient en fait desservies par cette absence de stress, cette approbation constante de la part des adultes (que l’on peut lire tout autant comme un manque d’exigence), et ne soient pas amenées à élaborer des critères d’évaluation et d’estime de soi personnels, étape du développement que les garçons franchissent, semble-t-il, avant l’âge de six ans. Grandir, acquérir son autonomie, suppose une certaine dose d’anxiété (…) les garçons (plus en conflits entre pairs et avec leurs parents) acquièrent ainsi une confiance dans leur propre capacité à résoudre seuls leurs problèmes.”

* sauf sur leur apparence physique et vestimentaire : 60% des compliments reçus par les petites filles en crèche ont trait à leur apparence (source Artemisia Toulouse).

** au collège, 80% des sanctions concernent des garçons… certains en faisant de véritables médailles de virilité.

https://www.persee.fr/docAsPDF/rfp_0556-7807_1994_num_109_1_1250.pdf

Littérature enfantine : on cause des ateliers de décryptage binOcle !

Le prochain atelier de décryptage du sexisme (mais aussi de l’hétérocentrisme et du racisme) dans les albums illustrés, aura lieu le 20 février 2020 à Plérin. Il réunira 15 bibliothécaires des Côtes d’Armor.

La virilité et la féminité : ça vous tente, vous ?

Discrète, souriante, légère, romantique (mais dans l’attente hein… PAS entreprenante), sexy mais PAS provocatrice, disponible, aimable, calme… la féminité, ça vous tente vous ?

Et les gars, on remballe le costume ? https://vimeo.com/339738605

Prochaine séquence avec les 44 délégué.es du collège de Romillé jeudi 6 février à 12h.

Filles et garçons en récré…

Filles représentées en rouge, garçons en vert… Qui occupe le plus d’espace pendant les récréations et qui « s’habitue à moins » et à rester sur les bords ? Quelles sont les occupations et activités des filles et des garçons au cours des récréations ? Est-ce juste ? Qu’ont-ils et elles à en dire ? Les délégué.es du collège de Romillé ont mené l’enquête (par observation et par entretiens), mis en évidence des problématiques et font des propositions pour que ça change. Premiers résultats livrés le le 31 janvier 2020 à 12h.

A visionner (dès 6-7 ans) un extrait de 7 minutes du film Espace, d’Eléonore Gilbert : http://www.genrimages.org/plateforme/?q=genrimages/voir_fiche2/708

Atelier de décryptage des stéréotypes de sexe dans la littérature enfantine, le 8 février 2020 à Combourg

Affiche Combourg 8 février

Dangereuses lectrices / 28 et 29 septembre à Rennes

BinOcle animera un atelier à destination d’une vingtaine de parents, dimanche 29 septembre, à l’occasion de la première édition du festival littéraire et féministe Dangereuses lectrices.

Après un quizz sur les inégalités femmes-hommes, les participant.es pourront s’entraîner à repérer les inégalités de sexe représentées dans les albums illustrés… Au menu : lecture collective, guide de décryptage, analyse d’impacts sur les enfants, statistiques… échanges et conseils !

Atelier complet. Prochain atelier de décryptage du sexisme dans les livres pour enfants le 8 octobre à l’Asfad, à Rennes.

On parle de BinOcle et de déCONSTRUIRE dans les RennaisES :)

Page 2 of 3

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén